S'il s'agit bien d'un essai, l'auteur étaye son jugement sur un faisceau de constatations qui, à l'aune des connaissances actuelles, peuvent encore être qualifiées de pertinentes et d'objectives. On notera avec intérêt son jugement sans appel à prolo de la fortification « camelote » qui marque la période comprise entre 1935 à 1940 en distinguant toutefois les casemates S.T.G. des casemates de pacotille construites à l'économie (blockhaus modèle 1re, 2, 3e, 7e région, etc.). Le nombre au détriment de la qualité !


Les défauts conceptuels du système fortifié supposé couvrir le Rhin sont également mis en évidence. D'après Rocolle, ces erreurs portent essentiellement sur les points suivants : « nécessité de battre intégralement le cours même du fleuve ; contre-attaquer l'adversaire dans la forêt du Rhin sil y prenait pied ; bloquer définitivement ses infiltrations sur la ligne des villages ». Or, on sait que les bétonnages ne répondaient pas à cette triple nécessité et qu'en de nombreux endroits, la défense s'opérait sur deux lignes distinctes qui offraient successivement deux défenses faibles. Les événements de juin 1940 en ont malheureusement amplement fait la démonstration !


In fine, l'essai est complété par de nombreux autres chapitres et d'un précieux développement portant sur la ligne Mareth (fortification du sud tunisien).


Voir également ce petit développement plus particulièrement dédié au secteur de Neuf-Brisach : www.fortifications.fr - Neuf-Brisach